La tribune libre : PEPS, présidentielle et diversité

PEPS met à disposition une tribune libre pour partager des textes de réflexion inédits afin de nourrir les idées et le débat autour de l’écologie populaire et sociale. PEPS souhaite rassembler les différents acteurs de l’écologie de rupture au sein de sa confédération, et s’enrichit de la diversité de ses membres et de ses débats internes.

Aujourd’hui, plusieurs camarades de PEPS, militants de la composante politique Alternatives et Autogestion, expriment leur position au sujet du soutien de PEPS à l’Union populaire et à Mélenchon pour les présidentielles (4).

Dans quelques semaines, ce seront les élections présidentielles, autour desquelles, depuis des années, s’organise l’activité politique. Nous devrions dire, plutôt, « une certaine activité politique « . Ce serait plus juste.(1)

« PEPS a voté majoritairement le « soutien à la candidature de Jean Luc MELENCHON », lors de la prochaine présidentielle et participe à sa vitrine : « le parlement de l’Union Populaire ».

Vu sous ce seul angle, notre mouvement se trouve ainsi assigné et réduit à cette unique  » prise de position électoraliste majoritaire » et  laisse ignorer celles et ceux d’entre nous qui, usant de leur droit d’objection, se tiennent, – de diverses manières -, en retrait de ce soutien comme  de toute campagne de soutien à qui que ce soit

Pour le courant de pensée dans lequel nous nous situons, il est illusoire de penser qu’une transformation en profondeur de notre société pourrait émerger d’une prise du pouvoir d’Etat à travers des élections.

Nous pensons que « la démocratie représentative enlève tout pouvoir au peuple au profit de représentant.e.s élu.e.s tous les 5 ans et sans contrôle (et qui deviennent des professionnels de la politique) et le découragent de s’intéresser aux affaires publiques (voir les taux d’abstention aux élections dans les quartiers populaires) ». (1)

Parce que nous pressentons que la mise en place d’une société autogestionnaire est un parcours de longue haleine, nous privilégions un travail politique moins spectaculaire,

– celui de la participation aux luttes (sociales, sociétales, environnementales, féministes, antiracistes, . . .),

– celui de la mise en place d’expérimentations alternatives concrètes,

– celui de les faire connaitre,

– celui d’aider les « collectifs citoyens » qui émergent ici et là, à concrétiser leur action,

– celui de permettre aux groupes d’élaborer leurs actions et revendications.

Pour la séquence présidentielle de 2022,

– nous avons préconisé de ne pas nous engager en tant que mouvement dans la campagne, pour le premier tour des présidentielles.

– nous avons proposé que ceci devienne la position de PEPS)

– notre proposition : que notre position soit celle de la liberté de vote (y compris vote blanc ou nul et abstention).

Quelques personnes dans Alternatives et Autogestion comme dans PEPS sont favorables à un boycott de l’élection présidentielle

– Paul ARIES lançait récemment: « Je rêve que PEPS nourrisse la campagne présidentielle avec des provocations.. ». Nous avons souhaité que cette proposition soit le leitmotiv de l’activité de PEPS. *(2)

Rappelons que, si des adhérent.e.s (ou des groupes locaux) souhaitent s’impliquer dans un soutien actif à tel ou telle candidat.e, il existe, dans nos mouvements,  le droit d’objection : ils/elles ont toute latitude pour le faire, en se mettant en retrait de nos mouvements et donc sans se recommander d’eux. . 

Cette proposition, mise au vote (? ? ?) au sein de PEPS, a obtenu 1/5ème des votes. 40% des adhérent.e.s n’ont pas participé à ce type de prise de décision

Au sein de PEPS, nous avons adopté à l’unanimité, lors de notre Assemblée de décembre, un texte de référence à propos des « groupes locaux ».(3)

Ce texte, fondamental à notre avis, indique des perspectives de fonctionnement,

– s’appuyant sur nos principes communalistes et autogestionnaires.

– prenant en compte nos diversités (de sensibilités, de fonctionnements, de manières d’agir).

Ne le laissons pas se scléroser dans notre vitrine. Faisons le vivre sans attendre, en étendant le champ d’application des principes qui y sont défendus à l’ensemble de notre activité confédérale.

 La proposition que nous avons défendue concernant l’élection présidentielle se situe pour nous dans cette même logique de prise en compte des diverses sensibilités, sans « majorité dominante » ni « minorité dominée. « 

Une option où chacune des parties est légitime à prétendre représenter PEPS.

Une option où la recherche d’une « sortie par le haut » par le consensus prime

Aller dans cette direction pour notre fonctionnement, nos prises de décision, l’expression de nos positions, c’est :

Une des multiples manières d’expérimenter le « faire de la politique autrement » que nous mettons en avant depuis des lustres.

Une des multiples manières de sortir des propos et comportements « politiciens » qui rôdent encore autour de nous. . .

Une des multiples manières de donner une cohérence à notre construction en liant les idées que nous mettons en avant et nos pratiques.

C’est à ce chantier qu’avec d’autres, venu.e.s d’horizons différents, de fronts de luttes diversifiés, nous voulons contribuer, pour faire de PEPS un outil nouveau

– pour promouvoir une écologie de rupture, populaire et sociale,

– pour bâtir une confédération de mouvements, de groupes et de personnes, où nos diversités seront mises en avant et en seront un des éléments moteurs et un facteur d’unité.

Il nous faudra sortir des sentiers battus, explorer diverses pistes,  innover dans nos fonctionnements, dans notre communication, modifier nos comportements en profondeur.

Il nous faudra donc expérimenter des fonctionnements différents, des modes de communication autres, des formes de prises de décision prenant en compte nos divers apports

La route sera longue. . .

S’il s’agit, au final,  de permettre à chacun.e, quelle que soit sa différence, de trouver sa place et dans le mouvement et dans la société que nous voulons voir émerger, , le jeu en vaut la chandelle .  

Il est l’heure de nous y atteler, tou.te.s ensemble.

 Marie Françoise BESOMBES, Brigitte CARRAZ, Michel DUBOIS, Jean FAUCHE, Roger WINTERHALTER, membres de PEPS et d’Alternatives et Autogestion

(1)   relire à ce propos l’excellent article de Jean LAFONT : « Quelle stratégie à l’égard de l’Etat bourgeois« :

https://jeanlafont.wordpress.com/2020/09/22/quelle-strategie-a-legard-de-letat bourgeois/?fbclid=IwAR0ryhrNpeh28R4RzFYD2KP6AJ7L2yaxf7JNDUc0WmnGQvN65-7aoj85Phw

        (2) En guise de modeste contribution à cette proposition, le Cahier de Propositions n° 3 d’Alternatives et Autogestion : « Directe, Active, Vivante§ Vive la Démocratie !« 

https://alternatives-et-autogestion.org/wp-content/plugins/pdf-poster/pdfjs/web/viewer.html?file=https://alternatives-et-autogestion.org/wp-content/uploads/2022/02/Cahier-de-propositions-n.3.pdf&download=true&print=&openfile=false

         (3) le texte d’orientation à propos des groupes locaux adopté lors de l’Assemblée de PEPS de décembre 2021 :

https://annuel2.framapad.org/p/groupes-locaux-pour-un-cahier-des-charges-9r93?lang=fr

               (4) Communiqué de PEPS de soutien à l’Union populaire https://confpeps.org/election-presidentielle-peps-sengage-pour-lunion-populaire-avec-jean-luc-melenchon-et-defendra-lavenir-en-commun/

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.